Saisir l’alter…

Je suis toujours étonné quand je lis des tweets ou des messages qui me disent, en substance, ceci :

Euh mais pourquoi donc? Je me demande toujours. Je n’ai pas l’impression de dire des choses extraordinaire, j’ai même l’impression d’être quelqu’un de très ordinaire. Pendant un moment c’est même ce qui a complètement bloqué mon écriture.

Je me suis targué pendant longtemps de m’intéresser à l’autre, à l’alter, à ce qui nous différencie. Je me suis rendu compte que ma vision de l’autre était biaisé. Au final, je n’avais qu’une faible idée de qui elle ou il pouvait être. J’étais dans ma bulle. J’écoutais les gens qui me ressemblaient, je les admirais et parfois les enviais. Je parlais d’autres que je ne connaissais pas. Et puis avec les blogs, avec twitter aussi, j’ai commencé à découvrir d’autres discours, des retours d’expériences présentées par ceux qui les ont vécus.

Pendant un moment cette expérience a été principalement en ligne. Et puis mes (ma?) conférences favorites s’est émancipée de son contexte technique pour devenir un espace bienveillant où la diversité pouvait s’exprimer1. J’ai découvert que je pouvais aller vers les autres et laisser les autres venir à moi.

En chemin, ces rencontres, ces lectures m’ont permis de mieux savoir qui j’étais et, ainsi, parler de moi et non des autres, d’apprendre à me taire également, de laisser la parole à celles et ceux qui ont la légitimité pour cela, d’être plus à l’écoute. Je suis également plus conscient de ce dont j’ai envie de parler.

En résumé : ne vous pensez pas insignifiant, vous avez des choses à dire, parfois cela peut-être maladroit au début, vous pouvez avoir l’impression de ramer dans le désert mais il y a des personnes qui ont et auront envie de vous écouter.

Pour finir voici quelques liens pour aller plus loin sur cette réflexion :

Notes

  1. En clair : Allez à SudWeb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *