Mesurer le temps qui passe

A chaque fin d’année, et depuis quelques années, je procède à un rituel qui prend de plus en plus d’importance au fur et à mesure que le temps passe : la préparation du calendrier de l’année qui va venir.

J’aime me rappeler de l’année qui vient de s’écouler et de préparer l’année qui vient (même si certaines années on se passerait bien de certains souvenirs). Depuis que j’ai des enfants encore plus. Chaque année, je cherche à conserver un souvenir d’eux mois après mois, voilà donc comment je procède.

Les photos

Il y’a tout d’abord une année qui s’écoule, avec de nombreuses occasions de prendre des photos. Je prend souvent des photos sans y penser. Enfin, plus exactement, je faisait ça au début. Lors de la création du premier calendrier, nous avons trouvé, avec mon épouse que ce serait une bonne idée de prendre chaque mois une photo du mois de l’année précédente et, sur cette photo, doit se trouver mon (puis mes) enfant(s) avec ou sans d’autres membres de la famille. Ça n’a pas trop posé de problème vu le nombre de photos que je prenais à l’époque par mois. Toutefois j’ai pu noter que certains mois j’avais nettement moins de photos que d’autres. Au fur et à mesure des années, l’exercice du calendrier s’est avéré un excellent moyen de revenir, mois après mois, sur mes photos. Il faut dire que j’ai un classement idoine : un dossier par année, contenant 12 dossiers, un pour chaque mois, et encore à l’intérieur un dossier par jour avec les RAW et des dossier par thème contenant les JPG. J’essaie de tenir le compte au fil du temps mais, bien souvent, j’échoue à le faire. Là encore faire un calendrier m’oblige, en quelque sorte, à reprendre les mois que j’ai délaissé et faire pas mal de ménage.

Au final, j’arrive toujours plus ou moins à trouver 13 photos pour illustrer les mois de l’année et même ajouter une couverture. Généralement je me rappelle qu’il en faut une quand je suis sur l’outil.

Après quelques années de création de calendriers, j’ai aussi appris à anticiper la fin d’année et je prévois d’avantages mes photos et j’essaie de prendre régulièrement une photo de mes deux enfants ensemble. Bien souvent je me dis « celle là se trouvera sur le calendrier ».

La réalisation du calendrier

Je ne vais pas trop m’étaler sur le sujet. Mon conseil c’est avant tout de trouver un format qui plait. Il y’a à peu près tout de disponible sur les différents sites de tirages photos. Personnellement je préfère les petits formats que j’achète en plusieurs exemplaires pour pouvoir les offrir.  Une fois un format choisi j’y reviens d’année en année.

Le plus important au final…

Le plus important à mon gout c’est de retrouver, au fur et à mesure de l’année qui va s’écouler, une petite capsule pour rappeler où on était juste un avant. Le temps passe vraiment à toute allure, j’ai même l’impression qu’il accélère encore. Alors une fois par mois, quand je tourne la page du calendrier, je souris en regardant la photo qui apparaît et je voyage un moment dans le temps.

On réouvre, dialogue avec moi même

Toc, toc…

Oui c’est ouvert.

Ha bon tu es sur?

Rien n’est sur mais oui je pense que cette fois c’est ouvert pour de bon.

Et pourquoi ce retour?

Une envie d’écrire qui est revenu suite à des projets un peu fou mais avortés d’autres plus aboutis et puis le NaNoWrimo (on en reparlera d’ailleurs). Il y’a aussi l’envie d’avoir un petit espace à moi sur le web, de parler de ce que je fais et sais faire. Tu as dit design de soi?  Oui ça aussi on en reparlera.

Et ça va parler de quoi?

Comme le sous-titre l’indique, ce sera des mots sur la photo et l’info, parfois sur le vélo. Je vais privilégier les retours d’expériences, les compte-rendus aux réflexions et, surtout, aux réactions. L’idée est de parler de mes coups de cœurs, de mes expériences, en bref de ce qui me meut. Vachement bien non?

Tu t’es pas foulé pour le style.

Oui, mais j’ai déjà perdu trop de temps à chercher un thème qui va bien, à chercher à utiliser des moteurs divers et variés. A faire du medium ou du tumblr. Baste… Un wordpress, un thème de base et un petit fond qui va bien et puis on verra plus tard si le besoin se fait sentir de changer tout ça.

Et pourquoi ce billet?

Parce qu’il faut bien recommencer par quelque chose et qu’un billet comme ça finira dans les limbes. En tout cas c’est toujours drôle à écrire. J’espère que ça ne me fera pas rire jaune.

Quoi dire de plus?

Et bien à bientôt.

OK